La dernière journée de Ligue 1 est souvent le théâtre d’émotions qu’aucune des journées précédentes ne procure aux supporters. Ce fut particulièrement le cas samedi au Roazhon Park pour Stade Rennais – Monaco.

Tout d’abord, la réception de Monaco titré champion de France trois jours plus tôt n’est pas banal. Un champion qui fait la fierté des amoureux de football. Le Roazhon Park l’a bien rendu à la délégation parée de cheveux bleus blancs rouges avec des applaudissements nourris. Le Stade Rennais aussi a marqué le coup par une haie d’honneur à l’entrée des équipes sur la pelouse et le coup d’envoi fictif donné par la légende commune aux deux clubs : Shabani Nonda.

Pour ce qui est du match, sans surprise, l’AS Monaco a dominé son sujet avec une certaine envie de faire du spectacle et de marquer des buts comme tout au long de la saison. L’attaquant Kylian Mbappé est même devenu un de ces joueurs qui fait frémir le stade à chaque fois qu’il reçoit le ballon. D’autant plus qu’il l’utilise de manière idéal. Sans démériter le Stade Rennais s’est donc incliné sur une petite marge (2-3).

L’excellent Fabinho avait ouvert la marque juste avant la pause (42’) malgré une première parade de Benoit Costil. Le méconnu mais indispensable Jemerson corsait l’addition dès la reprise (48’). Le Stade Rennais prend alors davantage de risques et s’en trouve récompensé lorsque Firmin Mubele est fauché dans la surface par Abdou Diallo (69’). Alors que le stade murmure une envie de Costil à la transformation, c’est le prometteur Adama Diakhaby qui réduit l’écart. Immédiatement, Monaco se redonne de l’air par Jorge (78’). En toute fin de match, Adama Diakhaby réduit à nouveau l’écart en deux temps (90’+1).

Ce but tardif permet notamment aux Rennais de ravir à Guingamp la 9ème place au classement final de la compétition au goal average. La séquence émotions débute alors autour de Benoit Costil. Encore excellent sur cette rencontre, le gardien international a dit au revoir aux supporters rennais après 255 matches en Rouge et Noir, 11 penaltys stoppés et un statut d’international obtenu dans les rangs bretons. Le bel hommage de tout le stade est suivi par le tour d’honneur de Sylvain Armand qui faisait là sa dernière apparition professionnelle sans être entré en jeu. Le feu d’artifices ponctue cette soirée de gala au Roazhon Park.

Rendez-vous la saison prochaine !

Fabrice PINEL, www.rougememoire.com